CARRI Systems construit avec les bons ingrédients – Article E.D.I magazine Avril 2016

CARRI Systems construit avec les bons ingrédients – Article E.D.I magazine Avril 2016

13:32 08 avril in Non classé
0 Comments

En mariant les activités de constructeur pour son propre compte et pour celui d’intégrateurs et d’éditeurs, Carri Systems propose un schéma atypique grâce auquel il s’est réinventé avec succès, jusqu’à devenir une des figures de proue de l’IT Made in France.

Brett Computers, Tuxon Technology, IPC,PC Warehouse… autant de d’assembleurs PC français qui ont prospéré dans les années 1990. Ils ont disparu les uns après les autres, rachetés ou liquidés. Tous ? Non, car sur ces dizaines d’assembleurs qui damaient le pion aux grandes marques américaines et japonaises, Carri Système est, en 2016, quasiment le seul à poursuivre son activité. Même si le vent du boulet est passé entre 2000 et 2010, lorsque l’entreprise suivait un plan de restauration pour se maintenir en vie, elle a subi des changements drastiques pour se relancer et devenir un acteur, certes atypique dans le panorama de la distribution française, mais qui réussit à jouer sa partition. À la tête de la refonte de l’entreprise, on trouve Franck Darmon, fils de Gérard Darmon (rien à voir avec l’acteur) lui-même fondateur de Carri Systèmes dans les années 1980. À cette époque où apparaissent les premiers PC compatibles et les premiers revendeurs, Carri remplit avant tout le rôle de grossiste, comme son nom l’indique : Carri signifie alors Centrale d’achat pour les revendeurs informatiques. En 1992, puisque le nouveau marché de la vente directe de PC aux particuliers et aux entreprises croît rapidement, Gérard Darmon opère un premier changement : sa société devient assembleur et revendeur. C’est un succès. Et contrairement à beaucoup de ses concurrents, Carri mise aussi sur le haut de gamme et se fonde sur son savoir-faire pour cibler une clientèle exigeante. C’était l’âge d’or de l’assemblage. Mais à partir des années 2000, le marché se complique. Après un redressement judiciaire suivi d’un plan de continuation de dix ans, Carri Systèmes est racheté fin 2010 par Frank Darmon qui emménage dans de nouveaux locaux à Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis) et lui fait prendre un virage à 180 degrés. « C’est un gros investissement qui doit nous ouvrir de nouveaux marchés, y compris à l’export, et définir une nouvelle approche dans le développement de produits. Carri devait se réinventer car le marché n’était plus là », explique Franck Darmon, directeur général de Carri Systems mais, qui sous l’égide de son père, a connu à peu près tous les postes dans l’entreprise.

Concepteur d’architectures rationnelles pour la recherche et l’industrie

Principal changement opéré : la marque n’est plus assembleur mais véritablement constructeur de serveurs et de stations de travail, avec un fort accent sur la vente de configurations complètes, logiciels et services compris. Grâce aux liens étroits entretenus depuis des années avec des fournisseurs majeurs tels Intel, NVIDIA ou PNY, Carri – qui signifie désormais concepteur d’architectures rationnelles pour la recherche et l’industrie – parvient à innover en étant capable de proposer des solutions parfaitement adaptées aux besoins du client et pour lesquels les marques premium ne proposent que des produits de série, en général. La visite de l’atelier de production de la marque est à ce titre édifiante. Parler d’atelier n’a rien de péjoratif car même si les ambitions de Carri Systems sont élevées, nous ne sommes pas ici dans le cadre d’un processus industriel lourd et impersonnel ; chaque machine est façonnée, testée et personnalisée pour répondre au projet du client. « Pour autant, ce n’est pas de l’assemblage sur mesure mais bien de la R&D. Et nous le faisons pour chaque client. » Pour illustrer son propos, Franck Darmon déballe un carton à destination des États-Unis : en sort une configuration au format rack non pas au nom de Carri Systems mais d’Ymagis. « C’est un intégrateur français spécialisé dans la diffusion de films au format numérique dans les salles de cinéma. Ils avaient besoin d’une configuration spécifique avec un rack disque normalisé pour le cinéma numérique. C’est pourquoi ils sont passés par nous pour faire cette intégration. On ajoute le logo d’Ymagis. » Cette activité d’intégration en marque blanche prend une importance grandissante chez Carri.Revendeur auprès des clients finaux, fournisseur à l’intention des partenaires « Environ 60 % de notre activité est représentée par la vente au client final, et 40 % par cette intégration auprès d’autres revendeurs, mais la tendance s’équilibre. Beaucoup d’intégrateurs ne veulent plus prendre à leur charge la conception et la fabrication de configurations, c’est pourquoi ils rationalisent leurs coûts en passant par notre intermédiaire », explique Christophe Rodrigues, directeur du marketing et du développement stratégique. Sur ce secteur de l’intégration, la stratégie de Carri Systems consiste à dépasser la simple fourniture de produits par la mise à disposition de solutions destinées à des projets spécifiques et généralement assez verticaux. « Ce que nous faisons est tout simplement de l’outsourcing, qui part de la fabrication mais qui prend aussi en compte des aspects significatifs et à plus forte valeur ajoutée comme le service après-vente », confirme Franck Darmon. De façon originale, et sans que les deux domaines ne se fassent concurrence, Carri porte ainsi la double casquette de revendeur auprès des clients finaux, et de fournisseur auprès de partenaires. Cette dernière activité draine dans son sillage des formes de partenariats très différents. Si une grande partie du business est accomplie au travers d’intégrateurs comme Ymagis qui s’appuieront simplement sur les compétences de Carri pour disposer de serveurs, de stations de travail ou même de baies de stockage spécifiques, de nombreux éditeurs indépendants se rapprochent de la marque. « Ce sont des éditeurs spécialisés dans des domaines pointus – comme le calcul intensif ou la 3D – avides de configurations introuvables chez les marques habituelles, et désireux de mettre en avant leurs applications. »

Cela fait plus de dix ans que la R&D planche sur de systèmes spécifiques

Sur ce point Carri Systems fait quasiment figure de business angel technologique. Un exemple récent : l’éditeur D/Labs développe des outils logiciels dédiés au spectacle vivant et s’appuie sur des solutions matérielles conçues par Carri. « Pour autant ce type de partenariats ne débouche pas toujours sur des ventes mais cela ne nous empêche pas de continuer à investir car nous nous impliquons dans la French Tech avec beaucoup d’animation autour des start-ups technologiques françaises. » Carri dispose ainsi d’un bureau à Laval, capitale française de la réalité virtuelle. L’expertise technologique de Carri ne date toutefois pas de ces cinq dernières années : voilà un processus engagé depuis longtemps et qui porte ses fruits. « Nous sommes parmi les tout premiers à avoir exploité les possibilités de calculs des gammes de GPU de NVIDIA. Il y a dix ans, cela semblait ridicule d’utiliser un processeur graphique pour réaliser des opérations normalement dédiées au CPU, mais les premières solutions que nous avons mises en place ont séduit, et nous sommes très vite devenus un des partenaires technologiques de NVIDIA, avec une vraie présence sur leur site, ce qui nous a ouvert de nombreuses portes », se réjouit Franck Darmon. Ce qui se retrouve dans le portefeuille de clients où figurent – outre les nombreuses PME – des comptes publics prestigieux comme l’Assemblée nationale, la Direction générale de l’armement ou l’INRIA. « Nous insistons beaucoup sur le made in France, pour nous c’est une démarche significative. » Pour la vente directe auprès des entreprises, Carri a repris le concept de la configuration tout-en-un intégrant produits et services. Une gamme dédiée a même été créée pour les TPE-PME, Osmoz by Carri, qui outre les PC, des périphériques ou les écrans prend en charge des éléments comme le support, le financement ou la location. « Des packages dimensionnés pour les sociétés qui ne veulent plus gérer leur informatique », explique Christophe Rodrigues. Carri Systems veut toutefois garder la main sur la distribution et n’ambitionnne pas de référencer ses offres auprès des grossistes. « Nous travaillons bien avec des distributeurs tels qu’ ALSO, Avnet et Arrow en tant que clients, mais beaucoup de nos solutions sont très verticales. » Cinq ans après la refonte par Franck Darmon, Carri Systems redevient profitable et se réinvente en puisant dans l’expérience de ces vingt dernières années. Des acquis technologiques et humains car les équipes techniques ont très peu changé, preuve de cette mutation dans la continuité.

La version originale de l’article à télécharger ici. 

No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.